La plus grande usine sucrière de la partie occidentale de Cuba pollue et n’est pas rentable

.
En octobre 2002, le gouvernement cubain a décidé de restructurer l’industrie de la canne à sucre. Toutes les sucreries qui n’étaient pas en mesure de produire du sucre à un coût maximum de 4 centavos la livre ont été fermées.

Depuis cette décision, le complexe agroindustriel Héctor Molina, situé dans la province occidentale de Mayabeque, donnait des signaux de faible rendement. Cependant, il est resté en activité grâce à une exploitation adaptée des terres cultivables aux alentours, à la main d’oeuvre disponible et à l’infrastructure de transport.

Pour le village de San Nicolás de Bari, c’était la meilleure situation.

Mais la plus grande usine de la région a été pendant des années la lanterne rouge lors des campagnes de récolte. Elle ne respectait pas toujours les planifications, elle consommait trop d’eau et d’électricité et les pannes d’équipement constantes causaient d’importantes pertes financières.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Économie   |  11 7th, 2018    | 

Première réunion des maisons d’édition autonomes à l’ABRA (Bibliothèque et Centre social libertaire de La Havane)

Dans la matinée du 1er septembre, nous avons rencontré à l’ABRA un groupe de personnes, dont certaines que nous connaissions déjà. En cette occasion nous nous sommes réunis pour aborder un sujet encore inexploré. L’objectif était d’ouvrir un dialogue à propos de la condition d’éditeurs indépendants de brochures, de fanzines, de magazines, de dépliants, de matériel imprimé, ainsi qu’en tant que potentiels producteurs dans une telle sphère créative.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Culture, Politique, Écologie   |  10 31st, 2018    | 

« Criminaliser la vérité », la réaction d’un groupe d’artistes cubains contre le décret-loi 349

.

Invitée à participer à la dixième édition du festival Belles Latinas en octobre 2011 avec son roman Partir, un point c’est tout, édité en français par les éditions Christian Bourgois, notre amie l’écrivaine cubaine Veronica Vega propose sur la newsletter d’Espaces latinos une tribune consacrée à la situation actuelle à laquelle sont confrontés des auteurs cubains, et elle-même notamment, à la suite de la récente publication d’un décret-loi relatif à la culture.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Culture, Politique   |  10 23rd, 2018    | 

Les « idiots (américains) utiles » du régime cubain

Fin septembre, le nouveau chef du gouvernement cubain, Miguel Díaz-Canel, la marionnette du retraité Raúl Castro, s’est rendu à New York. Entre autres activités, il y a été reçu par un aréopage de personnalités du monde du spectacle et des arts, qui de tout temps a fourni le gros des troupes de ceux que Lénine appelait les « idiots utiles », agrémentant par leur présence la camelote faisandée proposée par la propagande communiste. Cette mise en valeur du représentant de la dictature des Caraïbes est d’autant plus lamentable et indécente en un moment où, à Cuba, nombre d’artistes indépendants se battent contre la mise en œuvre prochaine du décret 349 qui bâillonnent encore davantage les activités artistiques sur l’île, entièrement soumises au bon vouloir de l’Etat (voir « Le décret n°349 et la politique culturelle de l’Etat cubain »).
Je vous propose de lire ci-dessous ce que cette misérable mascarade new-yorkaise a inspiré à un ami cubain vivant à La Havane.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique   |  10 16th, 2018    | 

La nouvelle loi qui menace la création artistique à Cuba

Les artistes et militants cubains s’inquiètent de plus en plus des restrictions à la liberté d’expression avec la mise en oeuvre du décret 349, un texte visant à réglementer les activités culturelles et artistiques, jusque et y compris les ventes de livres. Le décret a été approuvé en janvier et prendra effet d’ici décembre.

Ce décret controversé exige des artistes qu’ils s’affilient à des institutions publiques officielles pour seuls commanditaires. Il définit aussi quelles autorités sont compétentes pour appliquer le décret, y compris les sanctions potentielles en cas d’infractions.

De même, le décret 349 prévoit des amendes et des confiscations d’instruments, de matériel et d’autres objets utilisés dans l’activité en infraction. Les événements artistiques  encourent un arrêt immédiat s’ils sont considérés en infraction.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Culture, Politique   |  10 3rd, 2018    | 

Le guévarisme n’est pas un humanisme

Le 9 octobre 1967, il y a cinquante ans, Ernesto Che Guevara était exécuté sommairement en Bolivie. A cette occasion, nous republions un article paru dans Le Monde le 1er octobre 2004.

LE MESSIANISME a la vie dure. Malgré l’échec des révolutions et les ravages des nationalismes tout au long du XXe siècle, l’illusion persiste sous forme de mythologies qui semblent survivre à tous les aléas. Personnalité en incessante évolution, Ernesto Che Guevara (1928-1967) reste un mythe inoxydable, inséparable d’une aspiration récurrente à la rédemption ou à l’utopie.

Loin de réduire sa portée, les revers répétés de Guevara sur tous les terrains où il a exercé son action alimentent le culte romantique et christique du sacrifice. Faute de pouvoir défendre ses idées, pas plus que ses faits et gestes, la transmission de l’héritage est désormais véhiculée au nom de valeurs humanistes ou morales. Carnets de voyage, le beau film de Walter Salles [2004], s’inscrit dans cette logique d’autant mieux qu’il évoque le jeune Argentin d’avant l’engagement politique, débarrassé de tout ce qui prête matière à controverse.

Avant d’accumuler les défaites, le prestige du « Comandante » découlait d’une victoire, la révolution cubaine de 1959. Pourtant, indépendamment de son rôle dans la bataille de Santa Clara, le seul stratège de la Sierra Maestra a été sans conteste Fidel Castro, qui s’est appliqué à élargir le front anti-Batista en entretenant les ambiguïtés politiques, ce que le Che acceptait mal.

Même pour ceux qui l’ont tant aimé, que reste-t-il de ce triomphe, quarante-cinq ans plus tard ? L’épopée s’est muée en sauve-qui-peut. La faillite du socialisme castriste rejaillit inévitablement sur l’ensemble du processus. Ses étapes successives, l’imparable descente aux enfers ne dispensent point d’une interrogation sur l’origine de la dictature.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Politique   |  10 3rd, 2018    | 

Le décret n°349 et la politique culturelle de l’Etat cubain

Depuis le 20 avril dernier, des artistes cubains non serviles luttent pour que ne soit pas pas appliqué le décret n°349 concocté par le gouvernement de Miguel Díaz-Canel, successeur de Raúl Castro à la tête de la dictature cubaine. Ce décret relatif à la politique culturelle devrait entrer en vigueur en décembre prochain et, s’il est maintenu, signer l’arrêt de mort de toute activité artistique indépendante sur l’île. Ceux qui pensaient honnêtement mais naïvement qu’après la mort de Fidel Castro puis le prétendu effacement de son frère à la tête de l’Etat allait s’instaurer une petite ouverture et naître à Cuba certaines libertés fondamentales, comme celle de s’exprimer librement, pourront une fois de plus verser de chaudes larmes sur leurs illusions perdues.

Vous trouverez ci-dessous un résumé en sept points du projet de décret, ainsi que des extraits dudit décret dont la traduction est due à l’organisation Amnesty International.


Enrique   |  Actualité, Politique   |  10 3rd, 2018    | 

Quand Castro envoyait les homosexuels dans des camps

En 2010, Fidel Castro, qui avait quitté le pouvoir pour raison de santé depuis quatre ans, reconnaissait dans un journal mexicain sa culpabilité pour la persécution des homosexuels dans les années 60-70, mais affirmait sa volonté ensuite de faire évoluer une société traditionnellement machiste. Aujourd’hui, l’Etat rembourse les opérations de chirurgie transsexuelle.

“Après mon arrivée au pouvoir, les représentants des minorités sexuelles étaient persécutés… C’étaient des moments de grande injustice… de grande injustice !“, a reconnu le leader de la révolution cubaine dans un entretien exclusif de plus de 5 heures  – on ne perd pas ses bonnes habitudes- au quotidien mexicain La Jornada publié le 31 août 2010.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Politique, Société   |  08 15th, 2018    | 

Cuba ouvre le débat sur sa nouvelle Constitution

Les Cubains ont commencé lundi 13 août, jour anniversaire de la naissance de Fidel Castro, à discuter du projet de nouvelle Constitution qui reconnaît le rôle du marché et de l’activité privée dans l’économie de l’île communiste.

Avant le référendum national prévu le 24 février 2019, le projet doit être discuté au préalable lors d’un débat populaire, organisé du 13 août au 15 novembre dans les entreprises, les écoles, les universités et les quartiers.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique   |  08 14th, 2018    | 

Le parlement cubain a maintenant trois vice-président.e.s noir.e.s. Pourquoi on n’en parle pas?

Le 19 avril 2018, la République de Cuba a investi à sa présidence l’ex-professeur d’université Miguel Díaz-Canel Bermúdez, et le 9ème Congrès de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire – l’organe suprême de la direction – a élu un nouveau Conseil d’État. Mais l’euphorie et l’incertitude entourant un supposé “Cuba sans les Castro” et d’autres sujets connexes ont éclipsé un autre développement majeur: la présence de quatre dirigeants noirs dans le nouveau gouvernement jusqu’en 2023.

Les Cubains noirs représentent 10% de la population mais leur représentation dans les cercles du pouvoir est très limitée, en dépit des idéaux d’égalité après la révolution.

Avant Bermúdez, le précédent Congrès avait deux hommes noirs à des postes de responsabilité : le premier vice-président Juan Esteban Lazo Hernández et Salvador Valdés Mesa, président de l’Assemblée nationale. Avec la sélection d’Inés María Chapman Waugh et de Beatriz Jhonson Urrutia comme vice-présidentes, Cuba a, pour ainsi dire, “ajouté plus de couleur” au gouvernement. 

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Société   |  08 12th, 2018    |