Georgina Herrera : La voix d’une noire marronne

Georgina Herrera est une poétesse afrocubaine. Son premier livre a été édité par la maison d’édition El Puente en 1962. Ce texte a été rédigé en avril 2020, à l’occasion de son quatre-vingt-quatrième anniversaire. Il a été publié sur le blog de Sandra Abd’Allah-Alvarez Ramírez, Negra cubana tenía que ser, le 23 avril 2020.

Lire la suite »


Enrique   |  Culture, Société   |  05 31st, 2020    | 

Congrès anarchiste international de Carrare (Italie) en août 1968 : Cuba en question 

Le congrès constitutif de l’Internationale des fédérations anarchistes (IFA) de Carrare fut l’un des moments les plus importants de l’histoire du mouvement anarchiste de la fin de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. L’IFA continue encore aujourd’hui à jouer le rôle de coordination qui lui a été assigné lors de ce congrès il y a quarante ans.

Le congrès de Carrare eut lieu à un moment crucial de la lutte sociale dans la continuité du mouvement social de mai 68. Dans une atmosphère enflammée, on pouvait assister à la confrontation de diverses générations de militants, depuis les combattants de la révolution espagnole, combattants antifascistes, jusqu’aux jeunesses rebelles des barricades d’Europe de l’ouest. Le congrès regroupa des délégations de différents pays : Italie, France, Espagne, Grande-Bretagne, Suisse, Mexique et Bulgarie.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, International, Politique   |  05 31st, 2020    | 

Unité militaire d’aide à la production (UMAP). Le goulag cubain

Les unités militaires d’aide à la production (en espagnol : Unidades Militares de Ayuda a la Producción, abrégé en UMAP) sont des camps de travail fondés par le gouvernement cubain et mis en place dans les années 1960. Selon les autorités cubaines ces centres UMAP doivent accueillir les individus qui ne peuvent pas être incorporés dans l’armée, il s’agit d’un service civil. Cela concerne notamment les religieux, antimilitaristes, homosexuels ou opposants politiques. Les UMAP incluaient également des travailleurs volontaires, le travail y étant rémunéré au même titre que le service militaire et permettait de disposer d’un emploi à la sortie[1]. Environ 25 000 personnes y ont travaillé, volontairement pour certaines ou de manière obligatoire pour la majorité.

L’historien Pierre Rigoulot décrit ces camps comme destinés aux homosexuels, aux asociaux et aux autres parasites. Le sociologue Vincent Bloch, précise que l’édification de l’homme nouveau — rêvé par Che Guevara — est le prétexte idéologique du régime tout au long des années 1960 : Au nom d’une moralité confuse et incertaine, les hippies, les homosexuels, les témoins de Jéhovah, les artistes idéologiquement diversionnistes , sont envoyés dans des camps de concentration, appelés Unités militaires d’aide à la production (UMAP). En compagnie des hommes non fiables âgés de 18 à 27 ans, que le gouvernement juge imprudent d’initier au maniement des armes dans le cadre du Service militaire obligatoire (SMO), ils constituent la catégorie de citoyens dont la conduite est impropre.

Constituées en 1964, les UMAP sont supprimées en 1968. Les UMAP disparaissent mais l’organisation des camps de travail agricole perdure, sans clôtures et miradors, jusqu’au début des années 1990 mais n’ont plus de rapport avec le service militaire des jeunes Cubains. Les UMAP sont aujourd’hui considérées par le gouvernement cubain comme une erreur irréparable.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Politique, Société   |  05 20th, 2020    | 

Une brève histoire de l’homosexualité à Cuba, de la révolution à nos jours

Reportage [2/3]

Si la révolution cubaine de 1959 a immédiatement apporté un grand nombre d’avancées sociales sur les plans de l’éducation, du logement ou encore de la santé et si l’arrivée au pouvoir des barbudos et Fidel Castro s’est accompagnée de mesures très progressistes à destination des femmes, des noirs et des plus défavorisés, il n’en fut pas de même pour toute une frange de la population, en l’occurrence, les homosexuels. [1]

Revenir sur cette histoire permet de mettre en lumière les tentatives et les erreurs d’une Révolution qui a souvent servi d’exemple aux peuples en lutte, afin de comprendre les mécaniques de pouvoir et de contrôle d’un État qui cherche à se maintenir, ainsi que sur ses capacités d’adaptation et de résilience. Enfin, cela permet d’appréhender en partie la situation politique actuelle à Cuba, traversée de conflits et d’espoirs de changements.

Les œuvres qui jalonnent cet article sont successivement celles de la peintre Rocío García et du photographe Eduardo Hernández Santos, qui sont deux des artistes cubains à avoir les premiers choisis d’assumer de centrer une partie de leur travaux autour de l’homosexualité et de défendre, avant que cela devienne acceptable, les infinies représentations des corps, des fantasmes et des sexualités.

Lire la suite »


Enrique   |  Politique, Répression, Société   |  05 18th, 2020    | 

Face au Covid-19, Cuba se bat sur tous les fronts

Avec seulement 79 décès recensés à ce jour, l’île de Cuba offre une belle résistance à la pandémie de coronavirus. Elle s’appuie pour cela sur un secteur médical très étoffé, qui lui permet également d’envoyer des médecins à l’étranger pour lutter contre cette maladie.

Le porte-à-porte des blouses blanches ne faiblit pas depuis deux mois à Cuba. Les habitants des principales villes de l’île reçoivent régulièrement la visite d’étudiants en médecine ou de soignants qui viennent s’enquérir de leur santé, de leurs activités quotidiennes et vérifier qu’ils appliquent bien les mesures de protection contre le Covid-19. Les masques sont pratiquement tous confectionnés localement, tout comme les solutions hygiéniques destinées à se laver les mains. Et les personnes qui ressentent les symptômes de la maladie sont invitées à se rendre rapidement dans le centre médical qui se trouve dans chaque quartier.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Société   |  05 14th, 2020    | 

Déclaration officielle du Mouvement San Isidro (1)

.
En ces temps de maladie et de mort si complexes, nous voulons exprimer nos plus grands souhaits pour la santé et le bien-être de tous. Ainsi que nos sincères condoléances à ceux qui ont perdu des êtres chers. Nos pensées vont vers vous.
Depuis que la pandémie générée par la Covid-19 a atteint le sol cubain, les membres de cette organisation ont été cohérents avec les mesures d’isolement et autres restrictions imposées, comprenant qu’elles obéissaient à une logique de sauvegarde de la santé publique et de la vie des citoyens.
Cependant, nous avons observé comment le gouvernement et ses organes oppressifs, sous couvert de conditions sanitaires exceptionnelles, ont accru la répression sociale, le despotisme dans le traitement par la police et les abus, commettant d’innombrables violations des droits de l’homme. Ainsi, sous couvert d’une supposée protection de la population, celle-ci est exposée à être accusées de délits très importants au milieu d’une situation extrêmement délicate.
.

Enrique   |  Actualité, Politique, Répression   |  05 13th, 2020    | 

Comment la société cubaine gère la crise du COVID-19

Cuba est l’un des derniers pays du bloc socialiste dont le régime est encore en place. Si la vie sur l’île donne parfois l’impression de s’être figée dans le temps, il serait faux de penser que rien n’a changé. De la révolution contre le dictateur Batista au rapprochement opportuniste vers le « communisme » de l’Union soviétique, de la transition d’un capitalisme d’État à l’ouverture du pays à l’économie de marché, le régime a souvent dû se métamorphoser pour se maintenir. Cette ouverture signerait selon nombre d’observateurs, la fin – s’il existait encore – de l’idéal révolutionnaire, du moins, d’une tentative de faire un pas de côté avec le capitalisme mondialisé tel qu’on le connaît.

Reportage [1/3]


Enrique   |  Actualité, Politique, Société   |  05 11th, 2020    | 

L’Espagne et l’anarchisme à Cuba

Les libertaires ont lutté à Cuba contre toutes sortes de régimes despotiques, celui de Batista n’a pas fait exception. Des centaines de dissidents cubains ont subi des persécutions, des tortures, la mort et l’exil pour leur participation à des actions de protestation, y compris armées, contre la dictature. Parmi les combattants anti-Batista figuraient de nombreux anarchistes : Boris Luis Santa Coloma (tué lors de l’attaque de la caserne Moncada), Miguel Rivas (disparu), Aquiles Iglesias et Barbeito Álvarez (exilés), ainsi qu’Isidro Moscú, Roberto Bretau, Manuel Gerona, Rafael Cerra, Modesto Barbieta, María Pinar González, Pablo Madan, Plácido Méndez, Eulogio Reloba (et leurs enfants), Abelardo Iglesias et Mario García (également avec leur premier enfant). Tous ont été emprisonnés, et dans certains cas torturés, même à mort, comme ce fut le cas pour Isidro Moscou. Les anarchistes étaient présents dans les guérillas. Gilberto Liman et Luis Linsuaín y participèrent sur le front de l’Est. Dans celles de l’Escambray, l’une des principales figures était Plácido Méndez. La lutte urbaine utilisa les locaux de l’Association libertaire de La Havane pour centre de réunions conspiratrices, tant pour le Mouvement du 26 juillet (1) que pour le Directoire révolutionnaire (2).

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Politique   |  05 10th, 2020    | 

L’histoire d’une chanson censurée : “Habáname”, “Havane-moi” de Carlos Varela

.

Dans l’histoire de ces 60 dernières années, la censure a toujours été présente à Cuba. Au milieu des fêtes du 500e anniversaire de La Havane, personne ne s’attendait à ce que la chanson “Habáname” de Carlos Varela soit censurée.
Certains des vers de la chanson ne semblaient pas correspondre à un article du journal officiel Granma oú il est affirmé : « Les meilleurs moments à La Havane ont été ceux des 60 dernières années ».
La poésie de Carlos Varela a démantelé ces propos. Pourtant, les organisateurs d’un gala du samedi 16 novembre dernier ont préféré, à leur manière, suivre le scénario imposé par les officiels. L’actrice Blanca Rosa Blanco et le saxophoniste Michel Herrera ont interprété, sans que ce soit leur faute, l’une des chansons les plus fredonnées de l’auteur-compositeur-interprète.
Dans des déclarations au site numérique Cibercuba, Varela lui-même a reconnu : « Je ne sais pas quelle main se cache derrière cela. Ils n’ont pas compté sur moi. Je ne comprends pas pourquoi quelqu’un se sent autorisé à n’utiliser qu’un fragment de ma chanson et à omettre seulement les vers qui lui donnent un sentiment de douleur ».

Lire la suite »


Enrique   |  Culture, Politique   |  05 7th, 2020    | 

Le gouvernement cubain anéantit la liberté d’expression sur Internet

Des organisations et la presse indépendante signent un manifeste contre le décret-loi 370.

Plusieurs organisations et médias ont publié une déclaration dénonçant le fait que le gouvernement cubain anéantit la liberté d’expression sur Internet par le biais du décret-loi 370.

Les signataires, dont le site de contre-information 14ymedio, soutiennent que, bien que la censure contre la liberté d’expression et de la presse vienne de loin à Cuba, la situation a été aggravée par une nouvelle législation concernant les télécommunications, dont les effets sont évidents dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Répression   |  05 7th, 2020    |