Cuba ou la mauvaise conscience des anarchistes. 1ère partie

Le texte qui suit a été publié par Iztok, revue libertaire sur les pays de l’Est, une publication à part dans le sens qu’elle dépassait les clivages caractérisant les mouvements et mouvances libertaires en France. Le dernier numéro (20) est paru en juin 1991, au moment où l’on parlait plus que jamais de ces pays… Le premier numéro est paru à l’automne 1979, donc à un moment où les problèmes des pays dits du socialisme réel n’étaient pas vraiment d’actualité. Ils ne tarderont pas à le devenir, puisque les grèves ouvrières en Pologne de l’été 1980 obligeront l’Etat de reconnaître le syndicat indépendant Solidarnosc.

Nous publions ici le texte envoyé à Iztok par un camarade de la Coordination Libertaire Latino-Américaine sur les anarchistes cubains pour plusieurs raisons. D’abord en signe de solidarité : ils sont en exil, comme nous fuyant les prisons de Cuba qui fait partie de l’empire moscovite comme la Bulgarie, la Pologne, etc. Ensuite par intérêt historique — il nous donne des informations sur l’activité libertaire à Cuba de 1885 à 1959.

Lire la suite »


Enrique   |  Analyse, Politique   |  02 27th, 2015    | 

Pourquoi j’ai été guévariste ? Pourquoi j’ai cessé de l’être ?

Il y a quelques années de ça, j’avais quelques illusions. Sur Castro, sur Guevara. Je kiffais tout ça : le fameux « romantisme révolutionnaire », la photo avec l’étoile et le regard, Cuba, le mythe. Je fantasmais sur la guérilla dans le maquis, les douze pèlerins qui fuient la mort dans les montagnes et qui finissent par déloger l’affreux dictateur avec sa sale gueule. Sur Castro, le leader authentique, le sauveur du peuple. Ouais, c’est vrai. C’est pas des conneries, j’avais même un pseudo qui était « Fidel »…S’il avait été candidat aux élections présidentielles en France, ce mec-là, j’aurais voté pour lui (à l’époque, j’avais pas fait subir de combustion à ma carte électorale, c’est venu un peu plus tard ça). Dans ma chambre, ’y avait une grande photo du Che avec son gros cigare. Merde, depuis, j’ai appris qu’il était ministre de l’Industrie quand cette photo a été prise. Ils faisaient des films de propagande, où on voyait le Che à poil, tout dégoulinant de sueur (la sueur prolétarienne bien sûr, la vraie), qui allait dans les champs pour couper la canne à sucre aux côtés des travailleurs ; d’autres fois il allait dans les ateliers pour inspecter les progrès des métiers à filer tout neufs. Il devait rien y connaître, aux métiers à tisser, mais bon, c’était le Che. Un vrai ouf le mec, l’Homme Parfait. Le sujet révolutionnaire idéal. Vous devez vous demandez ce que je fous à écrire dans un zine d’anarchos, pas vrai ?

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Politique   |  02 26th, 2015    | 

Les 25 interdictions les plus absurdes à Cuba

Je présente ici une liste des 25 interdictions les plus absurdes dont souffrent les cubains. De manière significative, le gouvernement socialiste de Cuba applique beaucoup d’entre elles aux seuls citoyens cubains, en laissant  les droits les plus élémentaires aux touristes étrangers ou aux résidents étrangers dans l’île.

1- Les Cubains sont interdits d’accès à Internet dans leurs maisons et sur leurs téléphones portables

ETECSA a le monopole étatique des télécommunications à Cuba. Selon sa politique commerciale, le service Internet dans les foyers n’est pas fourni aux citoyens cubains. Il est exclusivement destiné aux entreprises publiques et étrangères, et aux résidents étrangers dans le pays.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Société   |  02 18th, 2015    | 

L’obscurantisme a toujours été le mode d’éclairage du pouvoir

Il y a des choses avec lesquelles on ne rit pas.
Pas assez !

Scutenaire

La bêtise est une bombe à fragmentation. Elle ne frappe pas seulement l’intelligence, sa cible de prédilection, elle se propage en trouant les consciences qui se mettent à pisser de partout. Celles — essentiellement gestionnaires — du monde étatique et politique ont célébré leur incontinence par des actions de grâce, qui leur étaient doublement profitables. Les notables ont pu, en toute immunité, remercier le ciel — fût-il celui d’Allah — de les avoir débarrassés d’une poignée d’irrévérencieux. Dans le même temps, ils se sont offert, avec une pompe nationale française, cléricalo-laïque et républicaine, le luxe de sanctifier en martyrs de la libre pensée des héritiers de Daumier et de Steinlen usant du droit, reconnu à chacun, de conchier en leur totalité les drapeaux, les religions, les margoulins politiques et bureaucratiques, les palotins au pouvoir (dont ceux qui jouèrent des coudes dans la manifestation ubuesque). Ils faisaient montre au demeurant de beaucoup de modération, si l’on compare Charlie à l’Assiette au beurre, au Père Peinard, à la Feuille de Zo d’Axa.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Religion, Société   |  02 18th, 2015    | 

Débrouille. Cuba : en attendant Internet

Des câbles qui courent dans les rues et sur les toits, des antennes wifi plantées dans les rues de La Havane : voilà comment certains Cubains contournent l’inexistence, ou presque, d’Internet sur l’île.

Un réseau semi-clandestin

Dans un reportage passionnant, l’agence de presse américaine AP raconte comment des insulaires se connectent à ce réseau improvisé, intitulé SNet (pour « Street Net »), afin de faire ce que font des centaines de millions d’internautes à travers le monde :
« Des centaines [de personnes] sont connectées à chaque instant, se prenant pour des orques ou des soldats américains dans des jeux vidéo en ligne comme World of Warcraft ou Call of Duty. Ils échangent blagues et photos sur des forums de discussion et organisent des événements dans le monde réel comme des fêtes ou des sorties à la plage. »

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique, Société   |  02 18th, 2015    | 

La deuxième Journée du Printemps libertaire de La Havane. Du 29 mai au 7 juin 2015

L’atelier libertaire Alfredo López, la galerie Christ Sauveur, et Le Garde-forestier (groupe écologiste) convoquent à la deuxième Journée du Printemps libertaire de La Havane qui se tiendra du 29 mai au 7 juin 2015. Un espace ouvert aux processus et aux dynamiques  anti-autoritaires et anti-capitalistes, qui contribuent aux formes de sociabilité et de conscience basées sur l’horizontalité, l’apprentissage mutuel et la responsabilité.

Nous avons l’intention de faire en sorte que la Journée soit, comme son nom l’indique, l’évocation d’un fruit printanier des idéaux libertaires, dont les racines, malgré toutes les adversités historiques, cherchent toujours à trouver les touches justes pour un nouveau souffle, des routes pour de nouvelles explorations et des possibilités de lutte et de transformation.

Nous vous invitons à participer avec vos inspirations et vos idées pour la production du corps thématique de l’événement. Soyez donc les bienvenus, à partir de l’amour qui réveille chaque geste honnête contre l’oppression.

Nous espérons vos communications et remercions par avance toute aide pour  la promotion de cet événement.

La Havane, le 14 février 2015

Pour contacts et informations : primaveralibre@riseup.net


Enrique   |  Actualité, Politique, Société   |  02 15th, 2015    | 

Où va Cuba ? (2)

55 ans après la révolution qui a renversé la dictature de Batista, la première génération de sa direction commence à disparaître et l’avenir de son projet « socialiste » reste incertain.

Cuba connaîtra-t-il l’expérience de la « thérapie de choc » capitaliste comme dans les anciens pays du bloc de l’Est ? La voie d’un capitalisme d’État comme en Chine et Vietnam sera-t-elle suivie ? La libéralisation économique s’accompagnera-t-elle, comme certains le demandent, d’une extension des libertés politiques et d’une tolérance plus grande à l’égard des dissidents ? Et au cas où une démocratie socialiste n’advenait pas dans l’île, quel rôle jouerait le secteur critique de gauche naissant ?

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Société   |  02 10th, 2015    | 

Où va Cuba ? (1)

En 2006, lorsqu’il a pris les rênes du pouvoir à Cuba, Raúl Castro a été confronté à une économie en crise qui appelait de profonds changements. Quatre ans plus tard le leader cubain proclamait toujours : « Soit nous rectifions, soit s’achèvera le temps d’être au bord du précipice et nous sombrerons, et avec… les efforts de générations entières ».

Une des premières mesures qu’il adopta a été l’élimination de l’entourage de Fidel – le Grupo de Apoyo –qui était connu pour son idéologie orthodoxe et qui fonctionnait en dehors des canaux de la bureaucratie, sous les ordres directs du commandant en chef pour mettre en œuvre sa « bataille des idées ». Peu à peu, Raúl commença à installer ses hommes de confiance aux postes clés, beaucoup d’entre eux étant des officiers de l’armée ; il substitua le style personnel d’intervention de Fidel et son contrôle direct sur ses subordonnés par une pratique autre, centrée sur la délégation des responsabilités gouvernementales et les résultats administratifs obtenus par les fonctionnaires comme preuve de leur efficacité bureaucratique. Dans le même temps, il a considérablement réduit les mobilisations et les manifestations dans les rues, qui étaient constamment organisées sous la férule de Fidel, afin de réduire les perturbations des activités économiques du pays ; il a déclaré qu’il ne se considérait pas comme un grand orateur et qu’il n’aimait pas parler en public, limitant au minimum la durée de ses déclarations présidentielles. À l’opposé du style de caudillo révolutionnaire de Fidel, Raúl Castro a adopté le style d’un homme d’affaires.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique   |  02 10th, 2015    | 

Ma Havane

Le journaliste et blogueur d’origine uruguayenne Fernando Ravsberg vit à Cuba depuis 25 ans. En tant que correspondant de BBC Monde et grâce à un regard critique, il a permis, par son blog « Cartes en provenance de Cuba » à des milliers de personnes habitant en dehors de l’Île de se pencher sur la réalité cubaine.

« On ne peut pas choisir où l’on naît mais parfois, on peut décider où vivre… Et moi, j’ai fait ce choix. Il y a 25 ans, j’ai posé mes bagages à Cuba après une vie de nomade.  J’y ai fondé une famille, j’ai vu grandir mes enfants, je me suis fait de bons amis et aujourd’hui encore, je reste persuadé que je ne me suis pas trompé ». Il nous parle aujourd’hui de La Havane, sa « ville mythique ».

Lire la suite »


Enrique   |  Société   |  02 10th, 2015    | 

Délit de blasphème pour un artiste taggeur à La Havane

Alors qu’en France, suite aux événements du 7 janvier,  le débat sur la liberté d’expression et le délit de blasphème a envahi les médias, à Cuba un autre événement nous montre les limites de la libéralisation à la cubaine que certains ont voulu mettre en évidence après le début des pourparlers entre le gouvernement cubain et le gouvernement nord-américain. Le témoignage qui suit est accablant pour les autorités cubaines, il nous fait découvrir les conditions de détention particulièrement difficiles des prisonniers cubains.

Danilo Maldonado, l’artiste taggeur connu sous le nom d’el Sexto (le Sixième) est en prison à La Havane depuis 6 semaines. Il a été arrêté alors qu’il voyageait dans un taxi dont le coffre contenait deux porcs vivants. Les animaux étaient recouverts de peinture verte et chacun d’eux avait un nom écrit sur le flanc. On pouvait lire d’un côté Fidel et de l’autre Raul.

L’intention de l’artiste était de les lâcher dans le Parc central (au cœur de La Havane) pour renouer avec une tradition rurale dans laquelle le défi est d’attraper les porcs. La performance a été interrompue par la police, elle était intitulée « Rébellion dans la grange », à la mémoire de George Orwell.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique   |  02 4th, 2015    |