Les pénuries de produits sont préoccupantes à Cuba

Le gouvernement cubain déclare qu’en raison de pressions extérieures, il est obligé de donner la priorité à trois produits d’importation : les denrées alimentaires, les médicaments et le carburant.

La pénurie à Cuba est une fois de plus dans l’œil du cyclone avec ses longues et chaotiques files d’attente à La Havane et dans d’autres villes de province. Lorsque les produits manquants apparaissent, de longues files d’attente se forment pour les acheter. Il y a des affrontements et des critiques sévères à l’égard des autorités et des gestionnaires.

Certains magasins ont fixé des limites sur le montant que chaque personne peut acheter pour éviter le trafic et la revente. Mais les employés corrompus alertent leurs amis ou des revendeurs bien informés.

Rien de nouveau au cours des dernières décennies. Seulement que le problème est devenu récurrent, en raison de la faible productivité des entreprises d’État qui se révèlent inefficaces, des limitations financières des importations et de l’intensification de l’embargo économique américain.

Par le biais des médias officiels, le gouvernement a expliqué qu’en raison du retard dans l’arrivée des navires transportant des matières premières, dû aux pressions américaines, il a été contraint de donner la priorité aux trois produits les plus importants de ses exportations : les denrées alimentaires, les médicaments et le carburant.

Par conséquent, les produits d’hygiène sont les plus déficients en cette occasion, bien qu’il y ait également une pénurie notable des produits auparavant mentionnés… Au moins jusqu’en mars.

Clarification ministérielle

La ministre du commerce intérieur, Betsy Diaz, a annoncé au début du mois aux médias officiels de la province centrale de Villa Clara que la demande nationale en produits de nettoyage ne sera pas satisfaite avant au moins le quatrième mois de 2020.

“Aujourd’hui, le financement doit être utilisé pour surmonter les adversités du blocus pétrolier et pour pouvoir acquérir du carburant dans d’autres régions (…). Entre le carburant et la nourriture, les priorités principales des financements disponibles”, a-t-elle expliqué.

Ses déclarations ont provoqué une confusion initiale. Le ministère a appelé “laquais impérialistes” les prétendus “gens sans scrupules” qui avaient “malicieusement répandu de fausses informations” sur la pénurie de produits d’hygiène.

Selon la note, publiée sur le site web du ministère, “ce qui est réellement rapporté” est que “jusqu’en mars, la demande de stabilité ne sont pas satisfaites, car les quantités totales demandées ne sont pas disponibles et leur offre doit être stabilisée à des niveaux adéquats à partir d’avril.

Un internaute identifié comme étant Luisa Cecilia a commenté : ”C’est la même chose de dire qu’il y a des difficultés avec les produits de nettoyage jusqu’à la fin mars, que de dire qu’il n’y en a pas avant avril”.

En tous cas, la nouvelle a suscité l’inquiétude de la population. Immédiatement, alors que de nombreuses personnes se rendaient sur les marchés d’État et dans les “magasins” (qui vendent des articles en devises étrangères) à la recherche de ces produits, les réseaux sociaux et les médias alternatifs étaient saturés de commentaires tendus de la part de citoyens inquiets.

On se souvient que la gamme de produits “manquants” (comme le disent souvent les employés des magasins aux clients) a atteint son apogée en 2019, lorsqu’il y a eu pénurie d’huile végétale, de poulet, de farine de blé et de leurs dérivés.

Annonce d’une amélioration de l’offre

Les responsables du portefeuille du commerce intérieur ont déclaré au journal Granma, le journal du Parti communiste cubain, que l’offre de produits de nettoyage – savon, dentifrice, détergent liquide et papier toilette, entre autres – ne va pas disparaître, mais ce qui se passe, c’est qu’en ce moment, tous les niveaux de la demande ne sont pas couverts, comme les années précédentes.

Selon Francisco Silva, directeur général des ventes de marchandises du secteur, pour les mois de février et mars, les produits du panier familial de base réglementé sont garantis, bien que la production de céréales ait diminué, et que le café et le lait en poudre soient distribués en vrac en raison du manque d’emballage.

Un diététicien consulté par IPS Cuba a déclaré que le problème du conditionnement du lait en poudre doit être résolu le plus rapidement possible. Il s’agit d’un produit susceptible d’être contaminé qui est destiné aux enfants et à l’alimentation, et la marchandise est vendue à des prix élevés au reste de la population.

Comme ce fut le cas au dernier trimestre de l’année dernière, la face la plus visible de cette nouvelle période de pénurie est la longueur des files d’attente dans les stations-service du pays, où certains clients se sont plaints que les gestionnaires favorisaient prétendument les conducteurs des véhicules de l’État.

Des files d’attente pour les médicaments

Le sujet des médicaments est presque un chapitre à part. Le jeudi ou le vendredi de chaque semaine, des dizaines de personnes, pour la plupart des personnes âgées, se pressent dans les pharmacies dans l’espoir d’acheter, avant l’expiration de leur ordonnance, des analgésiques, des antihistaminiques, des crèmes pour la peau, etc.

Les files d’attente pour les médicaments sont vastes et il y a des étagères vides. Mais l’État essaie de garantir, avec des hauts et des bas les médicaments pour les patients chroniques (surtout ceux qui souffrent d’hypertension) distribués au moyen d’une “carte de santé”.

Le sujet de la drogue est presque un chapitre à part. Le jeudi ou le vendredi de chaque semaine, des dizaines de personnes, pour la plupart des personnes âgées, se pressent dans les pharmacies dans l’espoir d’acheter, avant l’expiration de leur ordonnance, des analgésiques, des antihistaminiques, des crèmes pour la peau, etc.

La liste des “médicaments manquants” est longue et on observe des étagères vides. La liste des “médicaments manquants” est longue et les étagères sont vides.

Malgré la situation “temporaire” du carburant que le président Miguel Díaz-Canel a annoncé en septembre 2019, le gouvernement a réussi à garantir tous les 30 jours le panier familial réglementé à des prix subventionnés, malgré le coût de son importation. Les articles rationnés ne couvrent que les besoins d’un tiers du mois.

Gaz liquide

En janvier dernier, la population a été appelée à “adopter des mesures d’économie et d’utilisation efficace” du gaz liquide que de nombreux ménages utilisent pour cuisiner, et a annoncé son rationnement.

La réduction des importations de gaz de pétrole liquéfié (GPL) à usage domestique à Cuba affecte l’approvisionnement de plus de 1,7 millions de clients, suite aux sanctions des États-Unis, selon la société d’État Union Cuba-Petróleo (Cupet).

La veille, la société étatique Cupet a annoncé qu’elle travaillait à la normalisation de la distribution de gaz liquéfié sur l’île et qu’elle devrait parvenir, d’ici la mi-février, à augmenter les livraisons à la population et au secteur public et ainsi réduire le manque de disponibilité de carburant.

Mais aussi l’approvisionnement en eau

Outre le manque de carburant et de produits de nettoyage, l’entreprise étatique Aguas de La Habana a annoncé qu’à partir du lundi 10 février, elle entamerait un cycle de distribution du liquide vital tous les trois jours, dans plusieurs quartiers de la capitale cubaine.

La raison est une rupture d’une conduite d’eau qui ralentit le service d’approvisionnement en eau dans le centre de la capitale, en raison de la contamination du au carburant infiltré dans le réseau de la commune populeuse de Diez de Octubre.

Leonel Díaz Hernández, directeur général de cette entreprise, a déclaré à l’hebdomadaire Tribuna de La Habana que la contamination s’était produite dans les eaux du canal du Vento, dans la région de Capdevila. Ce pipeline est raccordé au système central des municipalités de Plaza de la Revolución, Diez de Octubre, Centro Habana, La Habana Vieja et Cerro.

Les habitants de la capitale de 2,1 millions de personnes ont un peu mieux respiré lorsque Aguas de La Habana a publié une déclaration indiquant que l’approvisionnement de ce liquide est progressivement rétabli dans plusieurs zones, après l’achèvement des travaux de décontamination et de réparation du pipeline touché.

https://havanatimesenespanol.org/reportajes/escasez-de-productos-preocupa-en-cuba/

IPS Cuba


Enrique   |  Non classé, Société, Économie   |  02 26th, 2020    |