Eloy Machado, El Ambia, le “poète de la rumba”

.
Au milieu du chaos qui règne à La Havane, Eloy Machado, connu sous le nom d’El Ambia ou le “poète de la rumba”, est mort le 28 janvier 2019 à La Havane à l’âge de 78 ans, selon les journaux officiels cubains. Dans la capitale cubaine, on disait de lui qu’il était rumbero, poète et fou.
Nous avons connu El Ambia en 1992 à La Havane, lors du tournage du documentaire intitulé Osha Niwé, esclave de la musique que nous avons réalisé, Mireille Mercier-Balaz et moi, sur le chanteur Lazaro Rós. Nous l’avons filmé lors d’une longue déambulation dans le quartier noir de Santa Maria en compagnie de son ami Lazaro, de celui qui est, aujourd’hui encore, considéré comme l’akwon mayor, la plus importante figure de la musique traditionnelle afro-cubaine.
.
Poète et promoteur culturel, El Ambia est né dans la capitale de l’île en 1940. Fils d’une famille ouvrière, il a toujours vécu aux côtés des rumberos, des musiciens et des danseurs des solares, les demeures des plus humbles. Pendant des années, Eloy a travaillé comme maçon et ce n’est qu’en 1980 qu’il a publié son premier poème intitulé “Tautaya remember compota no va” dans un bulletin de l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba (UNEAC).
Quatre ans plus tard, El Ambia a conçu son premier recueil de poèmes, puis a abandonné son métier d’ouvrier du bâtiment et est devenu officiellement membre du Fonds économique pour la littérature et les arts et de l’UNEAC. En 1985, il a créé un espace dédié à la diffusion de la rumba au siège national de l’union des écrivains et des artistes, appelé “La peña del Ambia”, elle existe toujours. Deux fois par mois, des groupes de rumba se produisaient, tandis qu’El Ambia dansait et lisait ses poèmes.
La Peña del Ambia est devenue l’une des lieux havanais qui, dans la plus grande effervescence, promeut les traditions afro-cubaines dans la capitale. Son hôte, le poète Eloy Machado, nous offrait une variété de genres qui vont de la rumba, du guaguancó, à la poésie.
Au cours de sa carrière artistique, il a publié près d’une douzaine de recueils de poèmes où il a démontré son appropriation du langage populaire. Jacinta ceiba frondosa, Jacinthe fromager frondeur (1992), Vagón de mezcla, Vagon de mixité (1998) et Por mi pura, Pour moi pure (2003), sont quelques-unes de ses œuvres les plus importantes. Les textes du “poète de la rumba” ont même été traduits en anglais et en italien.
Son travail a également servi d’inspiration aux trovadores, aux troubadours et aux rumberos. Le regretté Juan Formell, directeur du groupe de musique de salsa Los Van Van, a pris les textes du poète comme référence pour créer l’une de ses chansons les plus populaires, Soy todo, Je suis tout.
Concernant la disparition du poète de la rumba, le président de l’UNEAC, Miguel Barnet, a déclaré :
« Le ménestrel le plus talentueux de la poésie cubaine a disparu. Il a sauvé comme personne ne l’a fait la tradition poétique provenant de ce qu’il y a de meilleur dans nos racines africaines. Il était un adorateur de la rumba dans toutes ses manifestations et son œuvre restera comme un témoignage de la résistance d’une culture qui nous a enrichi. Eloy Machado, El Ambia, restera irremplaçable ».
Sa mort a été pleurée par les Cubains, qui reconnaissent le travail dévoué d’El Ambia dans sa lutte pour la diffusion de la culture populaire cubaine et du « folklore du peuple ».
« La rumba est l’amour, l’expression sonore du marginal du solar, elle est la tendresse, sa genèse trouve dans la pauvreté. La rumba a des racines qui n’ont rien à voir avec le hasard, elle s’exprimait à ses débuts sur les portes, les cajones, les caisses en bois, les casseroles et les chaises ». « Je suis un partageux, un ami, un frère et un compagnon », déclara il y a quelques années en langue abakuá Eloy Machado Pérez sur Radio Cadena Habana.
.
Daniel Pinós
________________________
Écouter la poésie d’El Ambia et découvrir le personnage :
.
Écouter le texte Soy todo d’El Ambia, interprété par l’orchestre Van Van :
.
Pour voi le film Osha Niwé, esclave de la musique (en 3 parties) :

Enrique   |  Culture, Religion   |  11 15th, 2020    |