GAESA : le consortium militaire qui contrôle l’économie cubaine

Les héritiers sanguins et idéologiques des frères Castro, les néo-Castro, contrôleront l’île sur le plan politique grâce aux puissantes  tentacules de la nouvelle dynastie militaire dans l’économie et la finance.

Pendant près de six décennies, l’économie cubaine a fonctionné davantage selon les caprices des personnes au pouvoir et leurs luttes idéologiques que sur la base de lois économiques. Les changements mis en œuvre dans ce domaine ont été la conséquence du sens donné à l’économie par Fidel Castro, que les économistes appelaient « le grand improvisateur », et du sens donné aujourd’hui par Raúl, qu’ils appellent « le pragmatique ».

Pendant ses 47 ans au pouvoir, Fidel a ignoré les conseils d’économistes cubains et étrangers renommés et ses improvisations, centrées sur la priorité à l’idéologie, ont conduit à un appauvrissement économique ininterrompu qui a fait de Cuba la nation la plus parasitaire de ces deux derniers siècles, survivant grâce aux aides annuelles par millions de la Russie, de la Chine, du bloc socialiste d’Europe orientale et, ces dernières années, du Venezuela. À cette époque, les seules ouvertures timides de l’économie étaient le résultat de l’intérêt de Raúl Castro, alors ministre des FAR, pour des changements graduels, planifiés et efficaces, raison pour laquelle il a créé une équipe qui a étudié différentes expériences économiques afin de les adapter aux conditions concrètes de Cuba.

Ces études ont conduit, au début des années 1990, à la mise en œuvre dans les entreprises militaires cubaines du célèbre « Plan de Perfeccionamiento Empresarial » (Plan d’amélioration des affaires), grâce auquel sont nés les premiers emporiums économiques qui formeront le Groupe de l’administration des affaires S.A. (GAESA), dirigéepar la société de tourisme et de commerce Gaviota S.A., qui a commencé à concurrencer les sociétés d’État Cubanacán S.A. et CIMEX, toutes deux directement sous le contrôle de Fidel Castro.

Il y a plus de trois décennies, Raúl Castro a placé ses hommes de confiance à la tête de ces nouvelles modalités économiques : le défunt général Julio Casas Regueiro et l’actuel général de division Luis Alberto Rodríguez López-Callejas, époux d’une de ses filles, qui contrôle actuellement GAESA. Depuis l’arrivée au pouvoir de Raúl, GAESA a absorbé la quasi-totalité des entreprises et de la gestion financière de CIMEX et est devenu le plus grand oligopole commercial de l’île, bien que, comme il appartient à l’armée, son activité soit tenue secrète. Pour vous donner une idée de cette puissance : le CIMEX compte à lui seul 73 filiales et 21 sociétés associées ; 61 d’entre elles sont basées en dehors de l’île, principalement dans l’import/export, le tourisme et les activités immobilières

Un militaire à la tête de l’économie

Rodríguez López-Callejas, malgré son pouvoir sur l’économie cubaine et le fait qu’il soit l’un des chefs les plus craints de la hiérarchie militaire, est un nom inconnu : une récente enquête de l’opposition sur l’île indique que la plupart des Cubains ignorent son existence, les médias officiels ne le mentionnent jamais lorsqu’ils parlent d’économie et de finances, et bien que la vie privée des héritiers du castrisme soit de plus en plus publique, on ne sait rien de sa vie familiale, bien qu’il ait été marié à Deborah Castro Espín, la plus jeune fille de Raúl.

Avec l’absorption du CIMEX, le GAESA a triplé de taille ; a ensuite absorbé Habaguanex (une centaine de points de vente au détail, 21 hôtels et auberges, et un vaste réseau de cafés et de restaurants, le bras économique du Bureau de l’Historien de La Havane, Eusebio Leal, dont les revenus avaient été essentiels à la restauration du centre historique de La Havane), et a finalement pris le contrôle de Banco Financiero Internacional (BFI), la principale entité de son genre pour la gestion des devises internationales, et de Financiera Cimex (Fincimex), qui a le monopole de l’envoi de fonds à Cuba et contrôle le traitement des cartes internationales Visa et Mastercard sur l’île, entre autres opérations.

Un empire fantôme

Lorsque, avec l’aide d’Odebretch et le financement de la Banque nationale de développement du Brésil, il a été décidé d’agrandir et de moderniser le port de Mariel pour en faire le plus grand terminal à conteneurs de Cuba et créer la zone spéciale de développement, l’investissement nécessaire d’un milliard de dollars a été géré par Almacenes Universales (les Magasins universels), l’une des sociétés holding de GAESA.

En bref, outre les industries militaires qui produisent tout, des AKM-47 aux grenades à fragmentation, en passant par les couteaux des commandos, les explosifs divers, la réparation et la construction de petits véhicules blindés d’infanterie, GAESA contrôle 83 établissements hôteliers (29 000 chambres dans le cadre d’accords avec quelque 14 chaînes internationales). Elle possède des compagnies maritimes (Melfi Marine Corp et Servinaves Panamá S.A.) ; elle a sa propre compagnie aérienne (Aerogaviota) et possède des entreprises de construction, de vente et de location de voitures (Havanautos et Havanatur), des sociétés immobilières (Almest), des banques, des sociétés d’import-export (Tecnotex et Tecnoimport) et la société Almacenes Universales S.A., qui contrôle le trafic de conteneurs dans le pays, qui contrôle le trafic de conteneurs dans le port de Mariel avec sa zone de développement spécial. Un empire fantôme qui absorbe plus de 60% de l’économie nationale et plus de 80% du secteur du tourisme à Cuba, sans l’obligation de rendre compte de ses revenus au peuple cubain.

Amir Valle


Enrique   |  Politique, Économie   |  09 4th, 2021    |