La trace de la France dans l’Ouest de Cuba

Les visiteurs de passage à Cuba sont souvent surpris par l’attachement de Cuba à la culture française : festival de cinéma français, maison Victor Hugo et musée Napoléon de La Havane, Alliances françaises…

Si l’on associe généralement l’influence française à l’est de Cuba en raison de l’immigration venue d’Haïti, l’Ouest de l’île a également été marqué par la présence française. Rolando Álvarez Estévez s’est penché sur ce sujet dans son livre Huellas francesas en el occidente de Cuba (Ed. José Martí-Boloña, 2001), dont nous reprenons quelques points importants.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Société   |  12 7th, 2019    | 

La révélation choquante du chanteur Pablo Milanés : “Dans la Cuba révolutionnaire, il y avait des camps de concentration et j’y ai aussi été envoyé”

.
L’auteur-compositeur-interprète cubain Pablo Milanés, l’un des fondateurs du mouvement de la Nueva Trova cubaine (la nouvelle chanson cubaine), a défini les Unités d’aide à la production militaire (UMAP) qui ont existé sur l’île entre 1965 et 1968 comme des “camps de concentration”.
Dans une interview au quotidien chilien La Tercera, Milanés a parlé des UMAP comme d’une “affaire très sombre dans l’histoire de Cuba révolutionnaire” où des milliers de jeunes ont été envoyés pour “être rééduquer” sur ordre de Fidel Castro.
.

Enrique   |  Culture, Politique   |  12 3rd, 2019    | 

Bienvenue à vos Majestés (pourboires appréciés)

Cuba est parée aujourd’hui pour célébrer le 500e anniversaire du déplacement et de l’installation dans la zone nord, près de la rivière Almendares, de la Villa de San Cristóbal de La Habana fondée en 1515.

On estime qu’à l’arrivée de Christophe Colomb à Baracoa, il y avait dans l’île connue aujourd’hui sous le nom de Cuba, quelque trois cent mille aborigènes, dont les Siboney et les Tainos. Ils furent presque immédiatement asservis pour effectuer des travaux lourds à la recherche d’or dans les rivières. Les aborigènes construirent des forts et des maisons qui, au vu leur forme de société basée sur la récolte, la chasse et la pêche, ne pouvaient supporter la rigueur de l’esclavage, du travail, de la tristesse et des maladies portées par les Espagnols. Il n’en resta environ que quatre mille en 1555 et ils décédèrent presque tous avant la fin du XVIIe siècle. On peut encore trouver aujourd’hui des habitants de Cuba avec les traits des anciens aborigènes dans la partie la plus orientale de l’île. Précisément là où Colón et les frères Pinzón plantèrent leurs bottes pour la première fois sur le territoire de Cuba.

Lire la suite »


Enrique   |  Actualité, Politique   |  11 19th, 2019    | 

Le processus de transformation des médias à Cuba

.
Le processus de transformation des médias à Cuba a commencé il y a plus de trente ans, avec l’émergence d’une presse d’opposition politique en exil, notamment à Miami (Radio Martí 1986, TV Martí 1990), mais aussi en Espagne avec le magazine Encuentro de la Cultura Cubana (1996). Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, plusieurs initiatives ont vu le jour, y compris à Cuba, telles que l’APIC (Association de la presse indépendante de Cuba en 1987), Cubanet (1994), BPIC (Bureau de presse indépendant de Cuba en 1995) et Cuba Press (1995). Cette première vague de journalisme indépendant des organes officiels de communication a été fortement réprimée par le gouvernement cubain, avec un pic en 2003, lorsque 27 journalistes ont été sanctionnés pour de longues périodes de privation de liberté. Malgré cette répression, la volonté de promouvoir une presse plus autonome face au pouvoir politique s’est également manifestée dans les médias officiels : le journal Juventud Cubana a créé la section “Accusé de réception”, dans laquelle les citoyens viennent se plaindre et obtenir des réponses qu’ils ne peuvent obtenir par d’autres moyens ; un espace a été ouvert sur les radios pour les citoyens ordinaires et de nouveaux espaces pour débattre, comme le “jeudi dernier” de la revue Temas (2002). Et à partir de 2007, des blogs sont apparus, qui ont souvent servi d’espaces pour le journalisme citoyen. Il est important de se rappeler ces éléments pour mieux comprendre la situation des médias à Cuba aujourd’hui : leur pluralisation, leur numérisation et l’acceptation relative des médias indépendants.
.

Enrique   |  Culture, Société   |  11 15th, 2019    | 

Sans le Noir, Cuba ne serait pas Cuba

« Pourquoi se mettre dans ces choses de Noirs ? Quelle raison ou quel goût avez-vous en cela ? Ne serait-il pas mieux de ne pas l’aborder ? »

Il y a quarante ans que, poussé par ma curiosité précoce pour les faits humains, et particulièrement pour les matières sociologiques étant alors une grande nouveauté où j’étudiais, je me suis penché, sans le préméditer ni le sentir, sur l’observation des problèmes sociaux de ma patrie. À peine revenu de mes années universitaires à l’étranger, je me suis mis à scruter la vie cubaine et immédiatement m’est venu le Noir. Il était naturel qu’il en soit ainsi. Sans le Noir, Cuba ne serait pas Cuba. Il ne pouvait pas être ignoré. Il était nécessaire d’étudier ce facteur intégrant de Cuba ; car personne ne l’avait étudié et il paraissait même que personne ne voulait l’étudier. Pour certains, cela ne valait pas la peine ; pour d’autres, c’était très enclin aux conflits et aux aversions ; pour d’autres c’était d’évoquer des fautes non confessées et punir la conscience ; de plus, l’étude du Noir était une tâche laborieuse, propice aux moqueries et ne donnant pas d’argent.

Lire la suite »


Enrique   |  Histoire, Société   |  11 15th, 2019    | 

Le Roi donne des leçons de démocratie à Cuba en donnant l’exemple de la transition démocratique qui l’a perpétué

..
Felipe VI, lors d’un discours aux côtés du président de Cuba, a assuré que les Espagnols “ont vécu leurs meilleures années en tant que pays pleinement démocratique”, sans mentionner sa position de monarque non élu par les Espagnols.
Les rois d’Espagne sont en visite à Cuba, une visite un peu hâtive et inopportune. Au cours de cette visite, Felipe VI a invité le président de Cuba à un “dîner de retour” au Palais des Capitaines généraux, où il a donné des leçons de démocratie, en donnant comme exemple la transition démocratique qui l’a perpétuée.
Le roi Felipe VI a déclaré devant le président cubain Miguel Díaz-Canel que les Espagnols ont “appris” de la Constitution de 1978 et de l’histoire espagnole elle-même que “c’est dans la démocratie que les droits de l’homme, la liberté et la dignité des personnes sont le mieux représentés et défendus”, sans mentionner sa position de monarque et comment les espagnols ne l’ont jamais légitimé.
La visite à Cuba avait été reportée à deux reprises par les monarques en raison de la situation politique de la Catalogne. Cette fois-ci, le lendemain des élections a été choisi par la monarchie pour se rendre à Cuba et célébrer une visite qualifiée d’”historique”, ce qui est également inopportun en raison de la politisation facile faite par les partis de droite Parti populaire, Ciudadanos et Vox.
.

Enrique   |  Actualité, Politique   |  11 14th, 2019    | 

Carlos Lechuga : « Le cinéma indépendant cubain est une réalité, tout le monde le sait »

Le cinéma indépendant cubain a indéniablement enrichi le panorama cinématographique de l’île. Pourtant, ce cinéma ne se produit pas sans obstacles. Dans un pays où l’industrie du film fut pendant longtemps subventionnée et monopolisée par l’institution étatique l’ICAIC, ces nouvelles productions peuvent faire polémique. Cette création plus autonome oscille sans cesse entre reconnaissance et répression.

OnCuba publie un interview avec Carlos Lechuga, un des réalisateurs indépendants les plus importants de l’île et témoin direct de cette réalité parfois compliquée. Connu pour ses films critiques de la situation cubaine, Melaza et Santa y Andrés—dont la censure a fait beaucoup de bruit—Lechuga partage dans cet article son expérience comme cinéaste cubain en marge des institutions…

Lire la suite »


Enrique   |  Culture, Société   |  11 12th, 2019    | 

Le voyage cubain d’André Breton

C’est janvier à Cuba. André Breton, le fondateur du surréalisme voyage sur la Carretera central (route centrale) dans une vieille camionnette soviétique. A ses côtés, Alejo Carpentier. Les deux auteurs discutent du roman du Cubain : “El Reino de este Mundo”.

Leur destinée finale est le hameau de l’orientale province de Guantánamo, appelé Ranchería, là où l’on rend un culte à la nature de la même manière  qu’on le faisait il y a cinq siècles, lorsque les Taïnos (premiers aborigènes de Cuba) habitaient l’île.

La scène est fictive, mais seulement jusqu’à un certain point. L´écrivain français est décédé en 1966. Cependant, son parcours à travers ce pays caribéen a été possible grâce à la caméra du cinéaste Arturo Sotto, qui l’a choisi comme compagnon de traversée dans le documentaire “Breton est un bébé”.

Lire la suite »


Enrique   |  Culture, Société   |  11 11th, 2019    | 

Que vont faire les rois d’Espagne à Cuba ?

.
Le programme officiel de Felipe VI et Letizia ne comporte pas de surprises.
Les rois d’Espagne Felipe VI et Letizia commencent une visite d’Etat à Cuba le mardi 12 novembre, avec un programme qui les conduira dans des lieux emblématiques de la capitale et de Santiago de Cuba, des rencontres avec des représentants du gouvernement et non avec des représentants de l’opposition de l’île.
.

Enrique   |  Actualité, International, Politique   |  11 11th, 2019    | 

Des magasins où l’on paie en dollar américain : le gouvernement vole une fois de plus la population cubaine

Il y avait des « boutiques d’or et d’argent », des « diploboutiques », des obligations d’échanges, et maintenant voici une nouvelle expérience qui va profiter des besoins des gens.

Le mardi 15 octobre, le vice-président cubain a annoncé la création de magasins dans lesquels les utilisateurs ne pourront payer qu’au moyen de cartes financées en dollars ou en devises étrangères.
L’initiative n’ouvre pas de possibilités pour les travailleurs indépendants ou pour le capital investit par les Cubains exilés et exclut les travailleurs cubains dont la monnaie n’est pas la bienvenue. C’est le retour des anciennes pratiques castristes, comme les « boutiques d’or et d’argent » et les « diploboutiques », qui consistaient en un enchevêtrement de mesures d’exclusion qui entraînaient la dégradation de la vie quotidienne des Cubains en l’absence de liberté politique.

Lire la suite »


Enrique   |  Politique, Économie   |  11 6th, 2019    |